8 questions pour mesurer la qualité de vos articles de blog

()

Vous connaissez la rengaine : mieux vaut privilégier la qualité à la quantité.

Et cela vaut aussi pour vos articles de blog, bien sûr. Mais comment déterminer la qualité d’un post ? Sur quels critères se baser pour être certain qu’il vaut la peine d’être publié ?

Voici 8 questions essentielles à vous poser pour jauger la qualité de vos articles de blog.

 

1. Serais-je prêt à partager cet article à mon entourage ?

Une question fondamentale que l’on pourrait reformuler comme ceci :

« Suis-je fier de ce contenu ? Est-ce que je l’assume complètement ? »

Il pourrait arriver, pour diverses raisons, que vous ne soyez qu’à moitié convaincu (voire pas convaincu du tout) par votre article : sujet à côté de la plaque, informations inexactes, manque de cohérence…

Relisez toujours vos articles à tête reposé : si vous avez le moindre regret, apportez les modifications qui s’imposent, jusqu’à ce que vous assumiez pleinement votre création.

Pourquoi cette notion de « partageabilité » est-elle importante ? Parce que c’est exactement la question que vont se poser vos lecteurs et les robots d’indexation de Google.

Un texte qu’on juge « partageable » est un texte fiable, qui fait autorité, qui sait allier des informations expertes et un style pédagogique et structuré. De leur côté, les robots d’indexation de Google savent analyser de plus en plus finement la qualité d’un article.

En somme, le temps perdu en relecture voire remaniement de l’article est au bout du compte un gain en termes d’image de marque comme de classement SEO.

 

2. Mon article résout-il un problème ?

L’un des fondements du content marketing consiste à détecter des problèmes ou des questions que se posent vos (futurs) clients, pour ensuite y répondre et les attirer à vous.

Cette approche est d’ailleurs très efficace pour trouver des sujets d’articles de blog.

Ainsi, les articles les plus pertinents sont ceux qui sont réellement utiles à vos prospects et qui résolvent un problème qu’ils rencontrent (en lien avec votre secteur d’activité).

  • https://www.facebook.com/FaceNord/
  • @TFaceNord
  • Print Friendly
  • https://www.linkedin.com/company/18248387/

Quand bien même votre prospect ne s’est pas encore posé la question pratique que vous abordez, il y a fort à parier que si cette question est judicieuse, il se posera plus tard, une fois un produit acheté.

Et au moment même où apparaîtra le problème, c’est à vous qu’il pensera et non à la concurrence : vous serez identifié comme expert, ce qui constitue la première marche pour booster ensuite votre taux de conversion.

Présentez votre article comme un « tutoriel », comme un « guide pratique ». Proposez-le sous différentes formes : par exemple une forme très développée in extenso reprenant le détail de chaque étape du processus, résumée en un pense-bête détachable et facilement mémorisable, ainsi que sous un format PDF téléchargeable autorisant une lecture et un partage hors connexion.

3. Mon article est-il original ?

Je ne vous apprends rien en vous disant que le web regorge d’articles, de pages et d’autres contenus en tous genres.

Pour espérer vous distinguer, vous devez apporter une valeur supplémentaire à vos contenus – à défaut d’être totalement novateur, ce qui est presque impossible.

Pour espérer vous distinguer, vous devez apporter une valeur supplémentaire à vos contenus – à défaut d’être totalement novateur, ce qui est presque impossible. C’est pourquoi, à défaut d’apporter de nouvelles informations révolutionnaires, une rédaction exclusive, exigeante et novatrice est indispensable pour vous démarquer.

Ces qualités ont un coût, mais gardez à l’esprit qu’elles peuvent faire d’une pierre deux coups ! En effet, un article de fond sans aucun duplicate content, avec une ligne stylistique claire et une approche originale sera valorisé par les spybots de Google, ce qui avantagera mécaniquement votre classement dans les SERPs.

Il existe plusieurs façons de se démarquer :

  • Sur le fond : approfondir le sujet et apporter plus d’expertise que vos concurrents, s’appuyer sur des données et des chiffres exclusifs, aborder le thème avec un angle différent…
  • Sur la forme : accompagner votre article d’une vidéo, d’une infographie ou tout autre support sortant de l’ordinaire…
Se distinguer
Pour faire mouche, assurez-vous de connaître parfaitement votre public cible : l’humour qui fonctionnera très bien avec tel groupe social peut être un échec cuisant auprès de tel autre, l’ajout de nombreuses images peut attirer ou décrédibiliser, l’interview d’un savant peut apporter une plus-value universitaire ou au contraire dégager une image ennuyeuse…

Prenez donc le temps de bien connaître le vocabulaire, les codes et les représentations culturelles collectives de votre public cible avant d’innover !

4. Le contenu est-il appuyé par des données solides ?

Internet est un outil à double tranchant.

D’un côté, c’est une incroyable source de savoir, où la connaissance est accessible à tous (grâce notamment à des sites comme Wikipédia).

D’un autre côté, le web est le royaume des fake news et des rumeurs.

Face à la méfiance des internautes, il est donc nécessaire de se baser sur des sources fiables et reconnues : il en va de la crédibilité de vos articles.

Combinez les codes d’internet et ceux de la recherche universitaire pour plus d’efficacité : préparez une bibliographie complète, soignée et à jour en fin d’article, et insérez des liens hypertextes à chaque citation d’autorité pour renvoyer vers plus d’informations externes sur cet auteur ou ce spécialiste convoqué dans votre article.

Par ailleurs, les articles doivent toujours être datés et signés explicitement. L’idéal est même de faire figurer en bonne place, à côté de l’article, une présentation rassurante de l’auteur : parcours, formation, domaine de spécialité, coordonnées, nombre d’articles et renvoi vers d’autres articles, expérience journalistique, récompenses…

5. Le contenu est-il parfait sur le plan de l’orthographe-grammaire ?

Pour un rendu vraiment professionnel, l’orthographe-grammaire figure en bonne place dans les questions à se poser pour mesure la qualité d’un article de blog. C’est une question souvent plus fine qu’on croit, qui ne se borne pas à mettre des « s » oubliés à la fin d’un mot.

En effet, c’est le style général de l’article qui est en jeu. Les rédacteurs et correcteurs professionnels maîtrisent et appliquent en effet des règles T.O.G. (typographie-orthographe-grammaire) uniformes : celles-ci recouvrent non seulement les règles d’accord, de syntaxe, mais aussi l’usage des majuscules, de l’italique, de la ponctuation.

Ce sont des détails, parfois infimes, mais c’est la somme de tous ces petits détails bien réglés qui créent une véritable harmonie d’ensemble, unifient le ton et clarifient le style. Mettez-vous à la place du lecteur : rien n’est plus désagréable que d’être arrêté, dans le fil de sa lecture, par une faute qui nous frappe la vue et nous empêche ensuite de nous reconcentrer sur le sens du texte.

6. L’article est-il agréable à lire ?

Qu’est-ce qu’un article « agréable » à lire ?

Cette question a de multiples réponses, mais nous pouvons énumérer quelques règles d’or à respecter pour éviter que vos lecteurs ne s’enfuient de votre page :

Pensez-y
N’oubliez pas combien la durée d’attention moyenne de votre internaute est une donnée aussi précieuse que fragile et volatile ! Elle ne dure que quelques secondes, en fait.

 

7. L’article intègre-t-il bien les mots-clés ?

L’intégration des mots-clés est aussi une question importante à se poser pour mesurer la qualité d’un article de blog. Pourquoi ?

Parce que l’article de blog répond généralement à un double enjeu : informer les prospects en leur renvoyant une image de marque experte, et donner à Google des signes de fiabilité pour améliorer le classement de son site dans les pages de résultats de recherche.

Seulement voilà : elle est révolue l’époque où il suffisait de bourrer un texte de mots-clés pour être favorisé par les robots d’indexation Google lors du crawling de votre site !

Ces robots ont fait d’immenses progrès, et sont de plus en plus capables d’apprécier une intégration naturelle des mots-clés, et, revers de la médaille, de pénaliser une suroptimisation grossière de vos mots-clés.

C’est là où intervient tout le savoir-faire d’un rédacteur professionnel, au croisement de la maîtrise de la langue et des enjeux SEO.

8. L’article est-il recommandé par des liens externes authentiques ?

Si vous êtes un tant soit peu familier du SEO, vous n’ignorez pas combien les liens externes entrants sont essentiels pour la crédibilité de votre site. Encore faut-il que ces liens, eux-mêmes, soient de qualité. C’est-à-dire que ces liens doivent rayonner, par ricochet, sur le vôtre. Par exemple, l’idéal pour un site débutant est d’avoir des liens externes venant de sites bien établis et faisant autorité dans leur domaine.

Attention
N’importe quel site connu ne peut pas faire l’affaire : il faut impérativement que vous ayez le même univers en commun, sans quoi le lien paraîtra artificiel.

Par ailleurs, soyez attentif à l’endroit de votre site vers lequel renvoie ce lien externe. En effet, la plupart des liens externes renvoient à la page d’accueil. Or, si vous voulez vraiment démontrer la qualité de votre article, il est bon que certains liens renvoient explicitement à cette page précise.

Vu l’importance du maillage externe pour la bonne santé SEO de votre site, il peut être intéressant de créer des partenariats entre sites, ou profiter de l’aura du rédacteur de votre article en lui donnant une vitrine en retour, et ainsi de suite.

Faites rédiger vos contenus par des rédacteurs web sur Redacteur.com.

À quel point cet article vous a-t-il été utile?

Cliquez sur une étoile pour la noter!

Note moyenne / 5. Nombre de votes:

Aucun vote pour l'instant! Soyez le premier à noter ce message.

Comme vous avez trouvé ce post utile ...

Suivez-nous sur les réseaux sociaux!

Nous sommes désolés que cet article ne vous ait pas été utile!

Améliorons ce post!

Dites-nous comment nous pouvons améliorer cet article?